Ils nous ont quittés

Gérard Breton (2020)

Gérard Breton (avril 1944 - avril 2020)

Né au Havre le 20 avril 1944, il fut élève au Lycée François 1er. Il poursuit ses études scientifiques en sciences de la Terre, au département de géologie de l’Université de Caen. C’est au cercle des étudiants naturalistes qu’il fit la connaissance d’Evelyne, alors futur médecin, qui va dès lors partager sa vie.

Il devient en 1965 professeur certifié de sciences Naturelles au Lycée Porte-Océane, puis agrégé en 1968 (à 24 ans, un des plus jeunes agrégés de France).

Au Havre, il fréquente régulièrement la Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, dont il deviendra le secrétaire général (1973-2004).

Après avoir coopéré en Algérie, en tant que VSNA à la faculté des Sciences d’Oran où, en plus de la géologie saharienne, il développe de nouveaux centres d’intérêt pour la faune, la flore et la préhistoire, il se fixe au Havre, professeur en sciences au lycée Porte-océane.

Le Muséum se structurant, dès 1973 Gérard Breton est nommé directeur à temps plein, sur emploi spécifique (sept. 1973), en appui d’André Maury, le conservateur.

En tant que muséologue, son activité se développe dans le cadre de la formation continue et du recyclage et pour la diffusion scientifique et technique (conférences au Havre et à l’extérieur, journées de travail pour le terrain, une trentaine d’expositions temporaires en 20 ans, renouvellement des salles d’expositions permanentes, formation de stagiaires français et étrangers, activités de recherche, création d’un atelier d’imprimerie….). Il structure le secrétariat, dote l’institution d’un laboratoire et d’un technicien en photographie, en 1982 il crée un poste de zoologiste, et développe, trois ans plus tard, la branche de géologie-paléontologie avec un laboratoire, fer de lance de portée nationale pour les moulages, le polissage et les plaques minces. Une ruche expérimentale vitrée est implantée, sous le contrôle d’un apiculteur. Il dote le Muséum d’un laboratoire de taxidermie. Le personnel de 1973 à 1984 passe de 4 à 22 agents en équivalent temps plein, 19 en 2005.

Le remarquable fonds patrimonial Charles-Alexandre Lesueur est placé sous la responsabilité d’une scientifique qui assure le rayonnement en Europe, Amérique et Australie.

Un poste d’archéologue municipal est créé ; des chantiers de fouilles et de surveillances sont organisés sur de nombreux sites néolithiques normands.

En 1990, après soutenance de sa thèse sur l’évolution des Astérides fossiles, il devient docteur d’état (mention très honorable avec félicitations du jury).

Retraité en 2005, il transmet alors un Muséum au rayonnement scientifique national et international.

A la retraire, en juin 2005, il fonde « Port Vivant » (président Denis Corthésy). Il étudie la faunistique des bassins du havre avec extension et comparaison d’un port en eau douce : Rouen.

Jean-Pierre Laveine (2020)

Anne Tresset (2019)

Anne Tresset avait 55 ans et luttait depuis plusieurs années avec force et courage contre un cancer. Elle était Directrice de Recherche au CNRS et très impliquée dans la collectivité scientifique nationale et internationale. Ses nombreux travaux scientifiques et cette implication ont été récompensés en 2016 par l’attribution de la médaille d’argent du CNRS et la distinction de Chevalière de l’ordre national de la Légion d'honneur. Anne travaillait dans le laboratoire Archéozoologie, Archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements, où elle a dirigé deux équipes entre 2009 à 2018 : "Derniers Chasseurs, Premiers Producteurs, Domestication, Diffusion"  et "Biodiversités, Anthropisation des écosystèmes et Sociétés, du Tardiglaciaire à l'Holocène". Pour le nouveau contrat de l'UMR 2019-2023, elle avait souhaité diriger l’équipe "Dynamiques de la Biodiversité Anthropisée au Tardiglaciaire et à l’Holocène". Au cours des 20 dernières années, elle a fortement participé à l'expansion de la communauté française des archéozoologues. Elle a publié près de 150 articles, co-édité deux ouvrages et rédigé près d’une centaine de rapports d’analyses. Elle a joué un rôle actif dans le développement de nouvelles techniques analytiques pour l'archéozoologie, notamment les isotopes stables, la paléogénétique et la morphométrie. Elle a contribué à créer des synergies pertinentes entre les différents spécialistes, conduisant à une vision enrichie et affinée des processus de domestication animale et des interactions complexes entre le climat, les hommes et les communautés animales des petites îles. Elle intervenait dans de nombreux enseignements, a encadré et co-encadré plusieurs mémoires de Maîtrises, DEA, Masters 1 et 2 et thèses. À côté de nombreux projets internationaux qu’elle dirigeait, elle a exercé de nombreuses responsabilités scientifiques et administratives tant en France qu'à l'étranger. Anne était une personne très forte et enthousiaste, généreuse, complexe, parfois difficile, mais une scientifique brillante qui se consacrait avec passion à tout ce qu'elle entreprenait.

 

Martial Caridroit (2019)

Martial Caridroit était Professeur à L'université de Lille et spécialiste de radiolaires paléozoïques. Il avait fait fait ses études à Lille et sa thèse au Japon avec Jacques Charvet.

Jean Dercourt

Né le 11 mars 1935, Jean Dercourt, universitaire et géologue français (ancien professeur à l'Université Paris 6 Pierre-et-Marie-Curie), aura consacré son œuvre scientifique à la géologie des formations sédimentaires des chaînes de montagne édifiées depuis 250 millions d’années. Il fut l'un des tout-premiers géologues à enseigner la tectonique des plaques.

Membre de la Société géologique de France dès 1957, il en reçoit le Prix Visquenel en 1966, puis devient président de la SGF en 1984-1985.

En 1991, il sera membre de l'Académie des sciences, puis l'un de ses deux secrétaires perpétuels, pour les sciences mathématiques et physiques, de janvier 1996 à 2010.

Dans un état de santé dégradé depuis plusieurs années, Jean Dercourt s’est éteint vendredi dernier 22 mars 2019.

Bruno Mistiaen (2019)

Jean-Louis Heim (2018)

Jacques Rey (2018)

Jean-Claude Rage

Robert Busnardo (2018)

Robert Busnardo est décédé le 24 mars à l'âge de 91 ans. Les premiers travaux de Robert, dans les années 60, portaient sur les ammonites du Barrémien et du Valanginien des  Chaines bétiques. Dès lors, il a continué à travailler sur ce groupe notamment dans le SE de la France et le Jura Suisse avec ses collègues et amis Jean Charollais, Bernard Clavel, Rolf Schroeder. Ses obsèques ont eu lieu en l'église de Saint-Pierre-d'Albigny (73) le vendredi 30 mars.

Jacques Destombes (2018)

Jacques Destombes a travaillé durant toute la seconde moitié du 20ème siècle à la cartographie des terrains du Paléozoïque inférieur de l'Anti-Atlas marocain. Il est connu internationalement pour ses travaux de biostratigraphie et de paléontologie (trilobites ordoviciens, notamment).

Stéphane Peigné (2017)

Stéphane était chercheur au CNRS, paléontologue des vertébrés, spécialiste des mammifères prédateurs. Il était très impliqué dans la vie du laboratoire où il était directeur adjoint et dans celle de l’établissement par sa participation au CS et au comité ATM. Il était engagé syndicalement et portait haut ses valeurs.

Stéphane était quelqu’un d’entier, de joyeux et de droit dans ses bottes. Nos discussions de direction étaient toujours franches et constructives. Il a participé activement de bout en bout à la préparation du dossier de renouvellement de l’unité. Il s’était investi à nos côtés pour l’organisation du congrès international de paléontologie qui aura lieu l’an prochain. Jusqu’à samedi il nous aidait encore depuis l’hôpital.

Stéphane était un grand sportif et nous souviendrons de ses retours de running dans le jardin après lesquels il se précipitait sous la douche au sous-sol. Il se donnait là encore sans compter.

Nous venons de perdre un collègue mais aussi un ami proche. L’ensemble du CR2P est profondément affecté.

Nous pensons très fort à son épouse Thanh Thuy et à ses deux jeunes enfants Solène et Martin.

 

Bernard Sigé (2017)

 

Madeleine Bongrain (2017)

 

Didier Marchand (2017)

 

Yves Jéhenne (2016)

René-Pierre Carriol (2016)